Андрей (wesservic) wrote,
Андрей
wesservic

Разговор Коломойского перевели на французский и выставили во французских соц сетях

Оригинал взят у tanya_mass в Разговор Коломойского перевели на французский и выставили во французских соц сетях

Kolomoîski est derrière le massacre d’Odessa (enregistrement d’une conversation téléphonique entre le consul d’Israël Jacob Epstein et le président de l’association « les fournisseurs de l’union douanière Oleg Noguinski)
Epstein: Allo
Noguinski : Allo. Ian Borissovitch, bonne nuit. Je vous demande pardon. Bonne fête. Je ne vous réveille pas ?
Epstein : Mais non, voyons. Il est encore si tôt. Bonne fête à toi aussi. Paix et santé…
Noguinski : Ian Borissovitch, j’appelle pour une question embêtante, et je me fais beaucoup de souci.
Epstein : que se passe-t-il ?
Noguinski : eh bien le 9 mai, à Marioupol, vous avez vu ce qui est arrivé, n’est-ce pas ? On a tué là bas un certain monsieur Chelemchak.
Epstein : Qui ca ?
Noguinski : un juif de Dniepropetrovsk. Du moins, d’après les dires de Kolomoïski. Mais le pire n’est pas là, c’est que monsieur Kolomoïski a appelé Tsarev et lui a déclaré littéralement ce qui suit, qu’aujourd’hui, dans toutes les synagogues d’Ukraine a été faite une annonce à l’intention de tous les juifs de droite qu’il donnait un million pour la tête de Tsariov et des séparatistes russes. Quand j’ai entendu « synagogue »
Epstein : Mais voyons, c’est du délire. Je le sais (inaudible). Aujourd’hui, j’y étais à la synagogue. Nous y avions aujourd’hui des prières. Tout était, comment dire…
Noguinski : Ian Borissovitch, je ne parle pas de ce que, dans les synagogues, cela n’a naturellement pas eu lieu. Mais quand de cela parle… Je ne sais pas si ce discours a été transcrit ou non. Si ce discours filtre dans la presse, vous vous rendez compte de ce qui va se passer ?
Epstein : et précisément pour la tête de Tsariov ?
Noguinski : Oui. Un million de dollars sur sa tête. Et que demain, on commencerait par pendre sa famille. Ses parents.
Noguinski
Epstein : Ecoutez, c’est mot pour mot… Vous le savez, Oleg est tout ce qu’on veut, mais il ne ment jamais. Et il m’a envoyé cela de nuit, et en plus, il était très choqué. Et une personne qui était à côté de lui et a entendu cette conversation me l’a même déjà confirmé.
Epstein : Quelle horreur. Non, je ne peux absolument pas comprendre comment un juif peut… Les juifs ne doivent pas, pour ainsi dire, se permettre aucune chose de ce genre, en principe… Tu lui as téléphoné personnellement ?
Noguinski : oui. Il aime. Il a appelé récemment Markov (le député d’Ukraine Markov Igor Olegovitch), il lui a raconté comment on allait le brûler à Odessa, s’il y atterrissait. C’est sa distraction. Je ne sais pas, j’ai l’impression qu’il est devenu fou, pour dire la vérité. En outre, c’est un fait entièrement confirmé qu’à Odessa, c’est lui qui a embauché ces gars. Entièrement. En plus, pour faire nommer Palitsa (le gouverneur de la région d’Odessa Igor Palitsa) gouverneur. On me l’a même confirmé à l’état major du BUT. La situation a échappé à leur contrôle. L’objectif était de leur taper dessus, de bien les secouer pour les envoyer à l’hôpital et de détruire le camp.
Epstein : Mais enfin tu sais, là, il ya des partisans d’Avakov. C’est cette compagnie qui a très bien pu le faire.
Noguinski : eh bien, il y a eu un accord. Si déjà… (indistinct)… en est resté, en principe, c’était annoncé. Il y a eu un accord. Il est venu, il a dit : « qu’est-ce que vous fabriquez avec cette Odessa ? » Il y avait là bas ce « Koulikovo Polie » tout le temps, non stop… « Allez, livrez-moi donc Odessa, et ce sera comme à Dniepropetrovsk ». Du genre, même une souris n’en sortira pas la tête. On lui dit : « D’accord ».
Epstein : il est déjà venu à Odessa. Il était à Odessa.
Noguinski : et il y est encore. Et il s’est arrangé pour que, d’un côté, au cours des trois derniers jours, 16 personnes parmi celles qui ont été arrêtées et sont restées en vie après la « Maison des Syndicats », soient tuées. Deux ont été égorgées près de la maison. Et ainsi de suite.
Epstein : Mais voyons, Oleg, je ne peux simplement pas, non, je ne peux pas croire que Benia puisse faire des choses pareilles.
Noguinski : On a l’impression qu’il est devenu fou. Maintenant, mettons, voilà que Korban s’efforce très activement de spolier Tsarev de ce qu’il possède. Mais de cela, je n’en parle même pas.
Epstein : je ne le connais pas, c’est pourquoi je ne peux rien dire. Je ne le connais pas.
Noguinski : eh bien, c’est un ami de Benia… Et Filatov aussi a là bas fait une annonce pour les Moscovites et paie aujourd’hui. Je suis simplement… Ian Borissovitch, le fait est que les affaires de Benia, c’est l’affaire de Benia. Il peut faire n’importe quoi. S’il se prend pour un deuxième Hitler… Eh bien nous aurons, je pense, une deuxième Allemagne fasciste sur le territoire d’un petit morceau de l’Ukraine. Benia est multimilliardaire et le maître de ce territoire. Et qu’en seraètèil des juifs dans tout le reste du monde… Je pense simplement que nous devons d’une façon ou d’une autre nous distancier de ce processus le plus vite possible déjà publiquement.
Epstein : C’est-à-dire ? De quel processus ?
Noguinski : de Kolomoïski. De Benia.
Epstein : Et de quelle manière ?
Noguinski : simplement déclarer que dans le cas présent, la communauté juive internationale n’a rien de commun avec la position personnelle de monsieur Kolomoïski. Ensuite, a) ne soutenir ni Odessa, ni Marioupol, ni tous ceux-là et exprimer une compassion sincère. Et troisièmement : déclarer que si un juif se trouve mêlé à des crimes nazis, nous serons les premiers à le combattre…
Epstein : Grâce à Dieu, à présent, sous ce rapport, tout était plus ou moins tranquille.
Noguinski : D’autant plus à cause d’un seul homme qui a décidé de devenir milliardaire, multimilliardaire et s’est pris pour le maître de l’Ukraine…
Epstein : Non, la question, c’est que dans les synagogues ils… les synagogues doivent toujours se tenir complètement éloignées de ce genre de questions. La synagogue, c’est une maison d’assemblées, c’est un établissement de prière. Elle doit s’occuper de ce qui occupe le monde spirituel des juifs. Et c’est tout. Voilà quelle est, pour tout dire, son affaire. Voilà. Mais s’occuper, pour tout dire, de politique, s’occuper de telles choses et soutenir…
Noguinski : Je veux dire… simplement, vous savez, j’ai l’impression que, malheureusement, nous ne réussirons pas tout à fait à nous tenir à l’écart.
Epstein : comment cela ?
Noguinski ; nous ne réussirons pas à nous distancier. J’ai d’ailleurs demandé à Oleg de ne pas ébruiter cette affaire. Sa première idée était de rendre cela public.
Epstein : Non. C’est clair que par là même on va commencer à tomber sur les juifs, en particulier. Voilà.
Noguinski : Que dites-vous donc ? On leur tombera terriblement dessus. Et en outre, à travers le monde entier.
http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Frusvesna.su%2Fnews%2F1400145758&h=ZAQFUbKv0





Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

  • 0 comments